Ne pas refouler l’inconnu

12 Juin, 2020

J’ai écris cet article il y a plusieurs années sur les routes du nord américain et certaines choses ont bien changé entre temps. Lors d’un passage dans l’état du Vermont aux États-Unis, j’ai fais du couchsurfing une dernière fois avant de revenir au Canada. Je me trouvais en pleine campagne, à proximité de la petite ville de Montpelier. Non, je n’ai pas mal écris le nom de la ville et nous reconnaitrons tous l’inspiration !

C’était l’occasion de voir ce pays d’un autre point de vue, en dehors des immenses agglomérations  et de leur pollution ! Rapidement, c’est devenu la meilleure expérience  que j’ai eue de ce côté de la frontière. Ça a sauvé l’opinion exécrable que je pouvais avoir de ce pays. En plus, mes hôtes m’ont proposé de rencontrer des voisins qui vivaient en dehors des sentiers battus, avec des alternatives au monde conventionnel. Je ne pouvais pas espérer mieux et vous pouvez retrouver ces articles sur la page des habitations alternatives !

 

Des discussions riches

Je parlais avec eux de science, de politique, d’économie ainsi que d’autres sujets plus spécifiques à notre environnement et c’était très intéressant ! C’est une des meilleures manières de mieux connaître le pays de l’intérieur avec sa culture et son style de vie. Rencontrer les locaux permet d’apprendre tant de choses que je n’aurais jamais entendu ou lu avec les médias mainstream. Lorsque je peux entendre de vive voix, les problèmes liés à l’évolution du climat sur les dernières décennies ou l’évolution politique dans le pays, avec leurs conséquences réelles sur la population. Le tout pour avoir une vision plus globale du déroulement actuel des événements dans le pays que je visite. Et je me rappel plus particulièrement les conversations autour de nos présidents en partageant nos avis et nos connaissances au sujet de la politique ultra libérale du président Macron ainsi que les écarts de conduite du président Trump. Dans les deux cas, les médias manipulent l’opinion publique avec de fausses ou incomplètes informations.

Par exemple, il est intéressant de noté la médiatisation des plus grosses affaires de leur président. Tel la « révélation » de la séparation d’enfants de migrants de leur famille. Ça a été critiqué comme un acte inhumain initié par Trump. Seulement, ça a toujours existé, même sous la présidence de Barack Obama et ses prédécesseurs. Mais c’est maintenant affiché au grand jour comme si c’était le diable de président actuel qui l’avait mis en place. Je ne juge pas la gestion des migrants ou les autres problématiques virevoltant autour de Trump mais la non diffusion des ces informations en fonction du leader politique.

Ou à l’inverse, Macron qui se voit embellir son image à l’internationale. Lorsque j’entends dans différents pays des personnes me dire qu’il est vraiment bien et qu’il est l’avenir de l’Europe. Ah bon ? Oui malgré sa politique économique, il serait écolo et pour l’égalité homme/femme. La belle blague ! Alors qu’il n’a rien fais dans ce sens en dehors de ses discours ! Dans les faits, vérifiable par tous, il a supprimé une bonne partie du budget de la secrétaire d’état à l’égalité entre les femmes et les hommes et il se bat sans cesse pour protéger les projets les plus polluants avec son gouvernement.

Je sais que je donne une image pitoyable du milieu journalistique. Pourtant, il est clair que ce n’est que le début d’une chute en abime de ce secteur. Il suffit de regarder qui est le propriétaire de ces médias. Tout ce que je critique aujourd’hui sera la norme demain. Les choses ne feront que s’empirer sous le règne “très démocratique” de notre jeune président. Des propos qui, en ce mois de juin 2018 m’ont souvent été taxé d’exagéré. Et je disais : ” vous risquez d’être surpris, 5 ans, ça peut être très long”.

Il est chaque jour plus important d’aller vers l’autre pour en apprendre plus et pour partager notre savoir. Ainsi, l’endoctrinement médiatique sera limité. Il y a aujourd’hui beaucoup de sites qui permettent de faciliter nos rencontres, quelque soit la ou les langues que vous maitrisez.

Des rencontres inattendues

Après avoir posé la tente dans le jardin, j’ai pu découvrir l’atelier de mon hôte dans la grange juste à côté où il y fabrique des instruments de musique amérindien à la main.

Alors que l’on passait un bon moment avec nos hôtes, deux cyclistes ont croisé leur maison. Ayant vu notre tente, ils ont demandé si ils pourraient s’installer ici pour une nuit.

C’était des voyageurs comme nous qui passaient à travers les USA pour aller au Canada mais à vélo ! C’était un Belge et une néerlandaise.

Ils auraient pu les refuser comme beaucoup l’aurait fait. De nos jours, les gens ont besoin de vérifier leurs références sur internet avant d’accepter quelqu’un autour de chez lui. Et je suis heureux que nos hôtes n’aient pas hésité une seconde pour à les inviter à passer la soirée avec nous. Ils m’ont appris une grande leçon ce jour là. La cycliste venant des Pays Bas se trouvait être un professeur de musique avec des origines américaines. Vous pouvez déjà imaginer le résultat, si on met dans une soirée des très bons instruments de musique, des musiciens et un feu sous les étoiles.

Alors, nous nous retrouvions à passer la soirée autour d’un feu avec un petit repas. Nos discussions étaient riches et diversifiées. Nous parlions du monde,  de nos souhaits et de l’évolution de nos pays respectifs.

L’ambiance était incroyable et nous étions que aux prémices de cette soirée qui s’annonçait déjà comme mémorable !

S’ouvrir pour grandir

Puis nous sommes passé aux choses sérieuses lorsque le voile noir de la nuit a complètement couvert le ciel et que les étoiles commencèrent à scintiller.

Les chants de première nation commençaient à se faire entendre. Fredonné au début puis au rythme du tambour se faisait entendre d’avantage. Ainsi suivi par la flûte pour une expérience authentique. Un plongeon dans le passé et un hommage à une culture qui ne doit pas disparaitre.

Ça a été une soirée magnifique que je n’oublierai jamais. Je n’aurais jamais pensé à la réception de cette invitation en Couchsurfing dans le Vermont, que je vivrai une expérience si enrichissante. Ça peut faire peur mais dire oui à ces rencontres, aux autres, à l’inconnu, nous grandit.

Au final, ce que j’espère vous transmettre à travers ces lignes est l’amour pour l’inconnu, pour toutes ces surprises et l’expérience enrichissante que l’on en retire. À force de s’enfermer dans nos routines, nous oublions tous ces imprévus, ces surprises, ces rencontres ainsi que les expériences de notre enfance qui ont forgé la personne que l’on est aujourd’hui.

D’ailleurs, à quand remonte la dernière fois que vous avez fais quelque chose pour la première fois ?

Dans tous les cas, garde en tête que :

« Il n’y a jamais d’échec, il n’y a que des expériences. – Michaels Claeys »

 

Translate »

Pin It on Pinterest