La vie en autarcie dans le Maine (USA)

30 Jan, 2019

Bienvenue dans ce beau coin d’Amérique, entre les Appalaches et l’océan Atlantique, les marécages et les moustiques ou les grandes forêts et la vie sauvage qui la compose. C’est l’état du Maine, aux USA et j’ai plus particulièrement été hébergé sur un terrain de 13,5 hectares. Dans le coin, c’est un petit terrain. D’ailleurs, Nate et Tam (un couple qui a décidé de tous plaquer pour vivre leur vie comme ils l’entendaient) ont le plus petit terrain des environs mais ce n’est pas étonnant en Amérique du Nord. Par exemple, leur voisin à un terrain de 28 hectares et cela semble normal par ici. Pour ce qui est du prix, ils ont acheté leur terrain de plus de 13 hectares aux alentours de 15 000 dollars. C’est environ 12 850 euros en fonction du cours de la bourse. Si vous connaissez un peu les prix en France, vous devez vous dire que le coût de ce terrain est incroyablement faible ! C’est vrai et même aux États-Unis le prix de ce terrain est bas !

Alors quelle est l’astuce ?

Un grand terrain pour un faible coût

L’astuce pour l’obtenir au prix le plus faible consiste à acheter le terrain sans valeur à une compagnie d’exploitation forestière une fois qu’il ait soustrait de tout son bois. Et oui, le bois vaut son pesant d’or alors ces compagnies achètent un terrain couvert par une forêt. Ensuite, ils exploitent le bois puis ils revendent le terrain (dévasté) au plus offrant. Un autre élément notable, qui tire le prix de ce terrain vers le bas est la zone marécageuse que nous pouvons voir en photo. Elle couvre une partie de leur terrain, ce qui rend une partie de celui-ci non constructible. Au final, le terrain se retrouve dans un mauvais état après le passage de l’exploitant forestier mais comme vous pouvez le voir sur les photos, la nature reprend vite sa place !

Cependant, cette astuce est valable en Amérique du Nord mais je ne sais pas si elle fonctionne en Europe. Si c’est possible en Europe, ce sera plus particulièrement dans les pays scandinaves avec une exploitation forestière plus importante. J’écrirais un article à ce sujet si j’obtiens des détails lors d’un prochain voyage en pouce dans les contrées nordiques européennes.

Mais, est-ce que c’est éthique ? Pour économiser de l’argent, nous serions prêt à financer une industrie qui détruit l’habitat naturelle de millions d’espèces. En plus de jouer un rôle important sur le changement climatique.

Et vous pourriez avoir un désaccord moral avec cette astuce et c’est compréhensible. Seulement, ce n’est pas ce type d’exploitation qui détruit les forêts. Il faut savoir que c’est moins de 20 pourcents des arbres coupés dans le monde qui le sont de cette manière. La grande majorité provient de l’expansion des terres agricoles, pour la production de palme, d’élevages bovins ou pour produire de la nourriture qui leur sera dédié.

Finalement, nous avons besoin de couper des arbres pour énormément de choses, d’habitations, d’équipements et d’autres produits. Si nous nous contentions uniquement de cette utilisation du bois, nous ne serions plus dans la surconsommation de cette ressource et les forêts auraient le temps de se renouveler. Ce n’est pas cette partie de l’industrie du bois qui détruit notre planète alors cette manière de procéder ne me dérange pas.

Après tout, ça reste simplement une astuce, alors c’est à vous de juger si vous avez l’occasion, de l’utiliser ou non.

Les débuts

Toute la construction et l’aménagement intérieur a été réalisé à deux. Seulement, cela demande beaucoup de patience ! Au début, c’était l’été alors Nate et Tam vivaient sur le terrain en construction en mode camping. Vous trouverez sur leur blog des photos de ce moment précis avec le petit feu et les sacs de couchage à coté de leur futur maison. Puis ils ont utilisé un conteneur pour dormir que vous verrez sur la prochaine photo. Ils l’ont aménagé avec des fenêtres et en ajoutant une isolation robuste pour combattre les températures qui peuvent être très rudes en hiver. (Si vous souhaitez avoir plus d’information sur la construction, des photos, l’intérieur de la maison et d’autres détails, je vous redirige sur leur blog : natewanderlust.blogspot.com)

Ils ont commencé par aménager le terrain afin de préparer le futur emplacement de leur maison. Puis ils ont loué un véhicule pour installer les fondations afin de monter toute la structure extérieure avant l’hiver. Je trouve cela dingue de réussir à monter toute une maison (du moins la partie extérieur) en un été. Alors qu’ils sont seulement deux et ils ne sont pas des professionnels dans ce domaine.

Le reste s’est fait progressivement.  Encore aujourd’hui, avec un jardin qui se développe et des travaux à l’intérieur qui continuent pour optimiser le confort. Et la forêt se remet de ses blessures avec la vie sauvage qui reprend sa place, avec la nature qui leur offre de plus en plus d’herbes médicinales et de fruits sauvages.

Je trouve cela magnifique ! En plus d’être le rêve de beaucoup d’autres couples ! Pour ma part, je trouve leur histoire très inspirante !
Gagner sa vie

Il est agréable de vivre en pleine nature mais si celle ci ne vous offre pas suffisamment de ressources pour vivre, il faudra les acheter. Surtout lorsque le jardin n’est pas encore assez productif pour offrir assez de nourriture, pour passer l’été puis l’hiver.

Et contrairement à la France, ils n’ont pas de sécurité sociale pour se protéger. Alors, le couple doit payer des assurances très onéreuses. Cela représente plus de 7 000 dollars par an, seulement pour l’assurance santé. Ça coûte très cher, même si ce n’est pas indispensable suivant les points de vue. Nate et Tam privilégient la sécurité et c’est une bonne chose de mon point de vue.

C’est pour cela qu’ils travaillent toujours, l’un à plein temps et l’autre à mi-temps (2 jours par semaine) pour se fournir en matériel et acheter de la nourriture en attendant que le jardin soit pleinement efficace.

Bientôt, ils pourront vivre de manière complètement indépendante en subvenant à tous leurs besoins via les services offerts par la nature.

Énergie

Nate et Tam ne sont pas connectés au réseau électrique alors ils se débrouillent avec les moyens du bord en attendant l’installation de panneaux solaires. Ils sont minimalistes alors ils répondent à leur faible besoin en électricité en rechargeant leurs appareils sur la batterie de voiture ou sur leur lieu de travail. En même temps, comment pourraient-ils vivre dans ces conditions sans être minimaliste ?

Enfin, pour ce qui est de l’éclairage, ils utilisent des spots lumineux avec un mini panneau solaire, qu’ils rechargent pendant la journée. Sinon ils utilisent des bougies en cas de nécessité mais ils privilégient la vie au rythme du soleil.

Eau potable

En attendant d’avoir un système de récupération d’eau de pluie et de filtrage efficace, ils ont un accord avec leur voisin pour récupérer de l’eau à son robinet extérieur. À noter que l’hiver, ils ont juste à ouvrir la fenêtre pour avoir de l’eau en récupérant de la neige dans une casserole. Il suffit ensuite de la faire bouillir avant consommation.

Autant dire qu’il n’y pas de problème mais uniquement des solutions !
Quotidien

Pour la salle de bain, en attendant l’installation finale, ils utilisent une poche d’eau pour se laver. C’est une douche en plein air, avec l’eau de la poche préalablement chauffé par le soleil. Et il y a une installation de toilette sèche à l’extérieur.

Le jardin, que vous pouvez voir au premier plan de la photo principale, est partagé entre les légumes, les plantes médicinales et une dernière partie pour les arbres fruitiers. Cette dernière partie n’est pas visible sur la photo.

Pour ce qui est du chauffage, à l’arrivé de l’hiver ils utilisent un poêle (visible ci-dessous) avec du bois qui est déjà tombé dans leur forêt. L’isolation est très efficace sinon le petit poêle ne suffirait pas pour combattre couramment du -30°C !

 
Life is back !

La photo ci-dessous est là pour illustrer le retour de la vie sur leur terrain. Il y a 6 ans, il était complètement rasé. Depuis, la forêt a repris ses droits, avec des arbustes, des grands arbres et même des fruits sauvages que l’on peut voir au premier plan.

Maintenant, mes hôtes souhaitent garder cette terre intacte, en préservant les marais et la forêt, dans un intérêt mutuel pour l’environnement et leurs besoins. Afin d’observer quotidiennement cette magnifique nature et les animaux qui l’habitent comme les ours noirs et les élans.

Leur forêt et la nature de manière générale offrent beaucoup de choses gratuitement. Ainsi, ils peuvent facilement se fournir en plantes médicinales, en bois mort pour se chauffer ou construire, en aliment et bien plus. C’est une notion que nous avons perdu de vue dans les pays développés, en voyant la nature uniquement comme un service instantané. Seulement, il conviendrait de réfléchir à ce que nous gagnons en échange de la destruction d’une forêt.

Par exemple, les arbres avec leurs racines structurent les sols, ce qui évite des coulées de boues meurtrières dans beaucoup de pays. Au final, une fois la forêt détruite, ça coûte extrêmement chère de se protéger de ces catastrophes.

Enfin, je repars et c’était vraiment une expérience spéciale et revigorante ! Le fait de vivre totalement entouré par la nature est incroyable ! Lorsque j’entends ce couple me raconter qu’il y des ours et des élans qui se baladent dans le jardin..  C’est juste trop beau ! Je m’imagine, le matin avec mon thé en main devant la baie vitrée avec un décor somptueux. La forêt recouverte d’une bonne épaisseur de neige et des élans qui passent doucement devant nous… Oui oui, c’est juste magique !

Est ce que ça ne vous fait pas rêver ?

Translate »

Pin It on Pinterest