La retraite à tout prix

1 Mar, 2019

La retraite est un modèle en déperdition. Et ce n’est pas un article contre le système de retraite mais une mise au point pour le mettre en relief avec des alternatives. Je suis fatigué d’entendre l’argument de la retraite, pour justifier l’impossibilité de voyager sur du long terme, alors qu’il existe réellement des solutions.

Je vais exprimer dans cet article mes points de vues, mes ressentis et mes expériences par rapport au sujet de la retraite. Je ne suis pas un expert sur le sujet mais j’ai un point de vue qui est sous représenté dans les discussions que je peux avoir, en France en particulier. Mais c’est aussi pour vous, si votre entourage calme vos rêves de  voyage en vous rétorquant : « C’est bien beau tout ça mais tu penses à ta retraite ? »… comme si c’était l’unique chemin à prendre ! Vous aurez ainsi des pistes de réflexion pour vous-même et des réponses à  leur donner pour les rassurer.


Ma vision de la retraite

Nous travaillons toute notre vie pour avoir une rente pendant nos vieux jours via la cotisation en ce disant que nous profiterons à ce moment là… Nous devons mettre nos rêves de côté, en nous investissant dans une carrière à tout prix, au détriment de nos envies, de nos relations, de nos familles et parfois de notre santé. Une vie en partie rythmée par les difficultés au travail avec le stress qui en découle. Cela nous amène à des maladies chroniques et à une fatigue physique qui auront des répercussions au moment de notre retraite… du moins sur notre capacité à en profiter.

Nous devons subir tout ça, en partant du principe que nous serons toujours en vie pour l’atteindre et que nous vivrons assez longtemps pour en profiter… suffisamment longtemps, afin que cette vie de labeur soit rentabilisée. Et ce n’est pas du pessimisme, la mort fait partie de la vie et nous ne devrions pas le négliger lorsqu’il s’agit des choix de toute une vie. Je ne pars pas du principe que je serai mort avant de l’atteindre mais je ne veux pas être dans le déni face à une mort précoce.

Et je n’oublie pas que l’âge de la retraite recule avec un risque avéré de voir le montant diminuer (ce dernier point est une réalité qui s’aggrave annuellement).

Alors la génération actuelle, qui entre dans le monde du travail, peut sérieusement se demander s’il y aura toujours une retraite dans 50 ans. Et si elle existe toujours, qu’elles seront les conditions pour l’obtenir ?  Elle commencera peut-être à 70 ans, dans un état de santé qui peut laisser songeur et un budget divisé par deux en comparaison aux retraites actuelles.

On pourrait dire que ça serait mieux que rien !

Mais c’est insuffisant pour moi, si je dois sacrifier mes rêves pour ce résultat !

 

Les alternatives

Les choix sont nombreux avec leurs atouts et leurs défauts mais ils ont tous une base commune pour vivre le moment présent. Il est évident que le confort apporté par ces solutions est moindre en comparaison du confort que les personnes peuvent exiger en Europe. Pour ma part, j’ai toujours eu une tendance minimaliste alors la différence de confort ne me marque pas. Et en fonction de l’évolution de la situation dans les prochaines décennies pour les retraités, ces alternatives vous amèneront probablement à une retraite plus agréable et sans regret.

  1. Le travail à temps partiel est une bonne entrée en matière. Ça vous laisse plus de temps pour réaliser vos projets et vous vous habituez à un budget limité pour vivre. Vous ne travaillez plus pour faire carrière ou pour une retraite mais pour vivre la vie que vous souhaitez chaque jour. Alors si vous voulez partir voyager pendant des mois ou des années ce n’est pas un problème car vous n’êtes pas bloqué par une carrière que vous ne pouvez pas mettre en pause.

Dans cette situation, vous arriverez à l’âge de la retraite avec une meilleure forme physique et mentale. Le revenu de votre retraite sera bien plus faible qu’une retraite complète alors vous devrez travailler un peu ou produire une partie de votre nourriture. Mais au vu de l’ennui généré chez une partie notable des retraités à notre époque, ça ne nous fera pas de mal d’avoir une occupation 😉

  1. La vie en autarcie est le must si vous aimez la nature et vivre simplement. Ça peut être assez rustique comme très évolué en fonction de votre budget et de votre expérience. Souvent, les personnes que je rencontre commencent avec une cabane ou une yourte. Puis, elles s’occupent de créer un jardin et un système de récupération d’eau. Une fois les besoins primaires assurés, elles se consacrent à leur maison qu’elles construisent progressivement. Parfois, la construction prend plusieurs années mais le résultat est toujours à la hauteur. J’admire toujours ces maisons, construites à la main par la seule force de la volonté. Chacune se différencie sur tous les aspects pratiques et artistiques, pour correspondre aux rêves de leur propriétaire. A la fin, les personnes qui optent pour ce mode de vie deviennent indépendantes à différents niveaux en fonction de leurs souhaits. Elles peuvent utiliser le système économique si nécessaire mais elles ne comptent pas sur lui pour vivre. Par exemple, certain·e·s mettrons de coté le système de santé pour favoriser les plantes médicinales.

Vous trouverez quelques idées dans mon article sur la vie en autarcie dans le Maine, USA. J’écrirai prochainement des articles semblables sur d’autres personnes rencontrées qui vivent de manière encore plus indépendante.

  1. Faire de sa vie un voyage en voyageant toute sa vie. C’est moins courant mais c’est possible. En solo, en couple et en famille, il n’y a pas de limite. Mais vous ne devez pas perdre de vue que le voyage ne signifie pas « devoir se déplacer constamment». Vous pouvez donc voyager autour du monde, en restant des mois ou des années dans des pays tout en travaillant pour une rémunération en fonction de vos besoins.

Des personnes âgées de 70 ans parcourent encore le monde alors il n’y a pas de limite d’âge. Il est certes plus courant de se fixer à un endroit avant cet âge. Dans ce cas vous pouvez revenir aux deux précédentes alternatives (le travail à temps partiel et la vie en autarcie).

  1. Voyager à sa manière avec ses compétences. Vous pouvez choisir de garder un travail avec un mode de vie sédentaire… 6 mois par an (moins ou plus en fonction de vos envies) ! Les personnes que j’ai rencontrées, vivant de cette manière, travaillaient par saison. Les amoureux de la glisse donnaient des cours pratiques dans un cadre idyllique pendant quelques mois puis ils partaient de nouveau en vadrouille. Cette manière de vivre offre un confort minimum avec une entrée d’argent régulière et une grande liberté car vous pouvez par exemple donner vos cours de surf n’importe où autour du monde. Evidemment, c’est valable pour tous les travails saisonniers comme barman, moniteur de plongé sous marine, accompagnateur en montagne… Il n’est jamais trop tard pour obtenir les brevets pour pratiquer ce type de travail mais il faut du temps et de l’argent. Si vous êtes intéressé, je vous conseille de vous renseignez dès maintenant.

  1. Modéliser sa vie à ses envies pour votre plus grand bonheur. Et oui, il n’y a pas une alternative miracle ou un chemin prédestiné pour vous. C’est à vous de créer votre propre chemin en fonction de vos envies. Pour certain·e·s, le chemin du métro, boulot, dodo pour une retraite est cohérent. Pour d’autres, ce sera une vie en autarcie ou de voyage.

Mais ça ne peut pas plaire à tout le monde… pas vrai ? Et si vous, vous choisissiez de mixer tout ça pour arriver à quelque chose qui vous corresponde ?

Personnellement, j’adopte la vie que je souhaite en fonction de mes envies. Je n’ai pas de plan ou une idée prédéfinie de mon avenir. Je saurais me débrouiller à l’âge de la retraite, sans aucun doute. Ces alternatives ont guidé la vie de voyageurs que j’ai pu rencontrer. Et si contrairement à moi, vous avez besoin d’un plan pour vous lancer… j’espère que ces alternatives auront fait germer quelques idées !

Faire son choix en toute conscience

Le système en place est souvent présenté comme l’unique solution. Les alternatives sont méconnues par certain·e·s et considérées comme utopiste par d’autres alors que ces alternatives existent et qu’elles sont appliquées quotidiennement à travers le monde. Une fois que nous avons conscience des enjeux et des alternatives, la vie de travail pour une retraite ne s’impose plus, nous avons la possibilité de choisir ce qui nous correspond le mieux. Ainsi, si vous choisissez le chemin d’une carrière (et de la retraite), ce sera beaucoup plus supportable dans les moments difficiles car vous l’avez choisi.

Et pour ceux qui ne sont pas à l’aise avec notre système et qui ont le sentiment que leur vie est déjà toute programmée, vous pouvez faire le choix d’une vie qui vous corresponde davantage.

«Le regret de n’avoir pas vécu sa vie est le premier qui vient à l’esprit chez les personnes âgées. Alors, s’il vous plaît, vivez celle qui vous correspond, la vôtre !»

Translate »

Pin It on Pinterest